Kuroi Tsubasan

Le Manoir Kuroi Tsubasan, Le lieux où ce réunie tout les membres de la famille Kuroi Tsubasa...


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le Mythe :

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Le Mythe : le Ven 10 Juin - 17:21

Alice

avatar
Admin
Quand les ancêtres de notre famille ont voulu créer un monde idéal pour eux, ils n'ont pas fait comme la plupart des communautés, en s'exilant sur une île, dans une forêt lointaine ou au sommet d'une montagne, non, ils ont vu plus loin : ils ont voyagé vers un autre monde, parallèle à celui de la Terre. Il fallut la mort de plusieurs tests –animaux puis humains– avant qu'on se rendre compte que le monde qu'ils avaient trouvé n'était pas habitable. Pas d'oxygène, pas d'eau, du sable à perte de vue.
Passé un instant de découragement, nos ancêtres, qui étaient de puissants mages, ont décidé de voler un morceau de la réalité terrestre pour la couper-coller de la Terre à ce monde. Ils se réunirent donc dans leur Manoir pour le Grand Départ. Cependant, il y avait plusieurs aspects qu'ils n'avaient pas pris en compte :
-Déjà, que quand leurs pouvoirs étaient réunis, la zone qu'ils couvraient était bien plus large qu'ils ne le pensaient. Au lieu de téléporter simplement leurs terres, ils allaient englober le village voisin, le lac, la rivière et même une partie de la forêt.
-Ensuite, que la zone serait "filtrée" par leur façon de penser et par les images mentales qu'ils avaient de ces endroits : elle distordit ce que ces lieux étaient au départ pour en faire des lambeaux, de pâles copies d'eux-mêmes, lugubres et dévastés...

Le village fut en grande partie détruit, et ceux qui s'y trouvaient ne connurent un meilleur sort : les cadavres d'une grande partie d'entre eux ne furent jamais retrouvés, tandis que les survivants, mi-humains, mi-ombres, errent depuis, dans les ruines de ce qui fut leurs habitations, et perdent toute substance à la nuit tombée... et le jour revenu, leurs raisons et leurs esprits les fuient pour n'en faire que de sombres clowns, tout juste bons à faire ce que désirent leurs maîtres –selon ceux-ci... la réalité pourrait être différente ?– au point que certains esclaves de la maison viendraient du village. C'est pratique : ils ne vieillissent ni ne meurent !
La forêt, elle, devint un lieu de perdition : tout être qui entrait dans cette forêt n'en ressortait pas. Les arbres étaient devenus vivants, et tuaient lentement tous ceux qui avaient le malheur de s'aventurer sur leur territoire de chasse. Un humain qui y serait entré pouvait perdre tout espoir, et s'attendre à lentement se faire étouffer et digérer par les racines ou par les branches des arbres macabres de cette forêt. Toutefois, les membres de la Famille, eux, découvrirent qu'ils n'était pas concernés par cette loi. Bien au contraire, la forêt semblait vouloir les remercier de lui avoir donné le moyen de se venger des humains, et à chaque fois que l'un d'entre eux pénétrait sous les frondaisons, les arbres faisaient tout pour leur plaire, individuellement, en donnant à voir à chacun d'eux leur forêt idéale.
Les plaines furent nettoyées de toute vie animale et végétale, à l'exception de touffes d'herbes jaunâtres ou noircies. D'où leur nouveau nom : les terres dévastées.
La rivière, elle, sortit de son lit, pour se rallonger pas tout à fait au même endroit : elle était devenue traîtresse, elle serpentait entre arbres, débris d'habitations et chaos de rochers, pour se jeter dans le lac du haut d'une falaise nouvellement née.
Quant à ce lac, il n'aurait pu rêver pire réputation : on l'appela plus tard le lac pourpre, à cause de tous les cadavres qui reposaient en son sein. Sur le même thème, on prénomma la rivière "l'Assassine" pour tous les corps qu'elle charriait.
¤
Ce monde est assez particulier.
Sans compter l'absence d'atmosphère et la zone fantôme qui est son apanage naturel, les astres sont tout à fait différents que dans la dimension terrestre.
Le soleil y est rouge –bien qu'il éclaire autant, que le soleil terrestre, en diffuse comme lui des rayons de lumière blanche–, les nuages couleur sable, et à la nuit tombée, deux lunes, l'une orange et l'autre pourpre, et cinq de leurs satellites naturels y apparaissent, ce qui teinte la nuit d'une lueur sanglante. Souvent, il n'en apparaît qu'une ou deux dans le ciel –ce qui donne des nuits aux nuances parfois orangées, parfois pourpres–, mais six à huit fois par "an", elles sont toutes les deux là, et à moins d'être de simples croissants cachés par l'ombre de cette planète, illuminent les terres du Manoir d'une lumière rouge presque aussi forte qu'en plein jour.
Le soleil est plus froid que le soleil terrestre. C'est pourquoi il est rouge. Eh oui : les étoiles rouges sont froides, les étoiles bleues sont chaudes. (Ta gueule c'est de la science.)
On pourrait donc dire que les saisons ici sont froides, enfin, on pourrait le dire s'il y avait des saisons... mais en fait il n'y en a pas vraiment, il existe bien quatre cycles plus ou moins chauds, ce qui permet de délimiter des sortes de saisons, et de compter les ans. Mais ils se ressemblent tous... Ils passent à peu près à la même vitesse que ceux terrestres, mais, du fait du changement de dimension, le temps passe environsdeux fois plus vite sur Terre que dans ce monde. Cela dit, la plupart des Kuroi Tsubasa s'en fichent puisqu'ils ne vieillissent pas quand ils y sont.
Enfin, s'en fichent ceux qui n'ont personne à qui penser sur Terre, bien évidemment.

En effet, les ancêtres de la famille se rendirent compte qu'ils étaient devenus immortels.
Oui, immortels. Cela a aussi eut pour résultat qu'ils sont devenus arrogants, se sont pris pour des dieux. Seulement ils s’aperçurent, assez tard, qu'ils étaient immortels uniquement dans leur nouveau monde, celui qui abritait le Manoir. Et que s'ils ne vieillissaient pas quand ils restaient, quel que soit ce laps de temps, ils vieillissaient comme des humains normaux dès qu'ils se retrouvaient sur Terre.
Les plus casse-cous, évidemment, ceux qui ne craignaient ni les sanctions familiales, ni la mort elle-même, furent les premiers à se détruire de cette façon. Ils furent ceux qui voulaient profiter de la vie au maximum, et du sang de leurs victimes. L'un d'eux fut connu sous le nom de "Jack the Ripper". D'autres encore, sous divers noms qui leur valurent souvent de jolis surnoms quand ils revenaient chez eux, et de sacrées bagarres déclenchées pour laver leur honneur !
Mais au fond, ces railleries cachaient mal une immense fierté, car tous ceux-là étaient devenus... des légendes.
Tous moururent comme ils ont vécu : avec panache.
En regardant la mort droit dans les yeux. En la défiant.
En l'embrassant.

Il y a très peu de temps, les Kuroi Tsubasa ont mit au point –grâce à l'ingéniosité mécanique d'une certaine Vivyan, et à la puissance magique d'une certaine Alice–, un magnifique parc d'attraction, qui prendrait pied à la fois dans le monde réel, et dans celui du Manoir.
Un miroir gigantesque. Un portail en version géante.
Plus besoin d'aller sur Terre pour étancher sa soif de sang ! Il suffit de piocher allègrement dans le parc –de préférence sans que les humains ne se doutent de rien–, et le tour est joué !
Bien entendu, le parc du monde du Manoir n'est pas relié à un seul parc spécifique, sinon, les gens finiraient par se poser de questions, croire qu'il est maudit ou bien... que des gens malveillants se cachent derrière ces disparition –c'est pas vrai !–, nous avons donc doté ce parc d'une capacité d'adaptation bien supérieure à celle de n'importe quelle illusion. Ce parc n'est pas une illusion, il est bien réel. Mais il parvient à copier, à se calquer sur un endroit déjà existant, à prendre son apparence, celle d'un centre commercial par exemple, et à créer une double réalité par dessus la première, dans laquelle nous pouvons interagir tels des fantômes –car la première dimension ne peut pas voir la seconde– et faire passer ce que nous voulons d'un monde à l'autre : victimes, objets, animaux...
Dernier avantage et non des moindres : nous ne sommes pas considérés comme "sur Terre" tant que nous n'avons pas traversé le voile d'illusion du parc. Par conséquent nous ne perdons pas de notre vie terrestre tant que nous restons sur le deuxième calque, comme des fantômes.
Ce parc est géré par les villageois du monde du Manoir. Pas de leur propre gré évidemment, c'est nous qui leur en avons intimé l'ordre. Le premier qui désobéit meurt, c'est aussi simple que ça.

Aujourd'hui, de la cinquantaine des Kuroi Tsubasa qui ont opéré le Grand Voyage, le Passage de Monde, il n'en reste plus que deux. Cependant, l'un est devenu fou, ce qui laisse au seul restant, un vieux que tous appellent "grand père", la responsabilité de tenir la famille d'une main de fer.
Certains attendent impatiemment le moment où le vioc deviendra sénile ou fou –puisqu'il est immortel tant qu'il reste dans ce monde, et il n'en sort en effet jamais depuis plus de cent ans–, pour pouvoir prendre sa place. D'autres regardent ce moment arriver avec angoisse. Si le dernier ancêtre tombe, qu'arrivera-t-il au Manoir ? Qui tentera de s'en rendre maître ? Les jeunes générations arriveront-elles à prendre les bonnes décisions, qui permettront à la Famille de rester debout et de se perpétuer... ou au contraire, la mèneront-elles à sa perte ?
Pour l'instant, elle tient en équilibre instable, immobile depuis plus de deux cent années humaines. Combien de temps avant qu'un jeune premier ne se décide à affronter le père de leurs pères ? Ou avant que celui-ci ne devienne fou ?

Venez et montrez-vous digne de son jugement... pour l'instant ~


Naissance, enfance et procréation

Autre effet négatif du monde du Manoir : la stérilité.
Pas de dégradation, pas de vieillesse, mais pas de vie non plus n'éclosent sur ces terres !
Pour avoir un enfant, un couple –ou une femme ou un homme seuls, mais ce n'est pas très bien vu par la Famille, qui estime plus que tout la pureté du sang– doit aller sur Terre. En général, ils y passent quelques semaines –la Famille possède plusieurs propriétés dans la campagne profonde du milieu de la France–, puis, lorsqu'il devient certain qu'ils ont conçu un enfant, l'homme peut décider de s'en aller et laisser les domestiques humains prendre soin de sa compagne, ou s'il le souhaite rester à son chevet pendant neuf mois pour la soutenir moralement. Les domestiques s'en occuperont de toutes façons, à moins d'être réellement congédiés.
Pour que le nourrisson puisse devenir bébé, puis enfant, il faut qu'il grandisse et vieillisse sur Terre. Si un bébé ou un enfant était emporté sur les terres du Manoir, il ne vieillirait alors plus et resterait enfant ou bébé tout en continuant à acquérir expérience et maturité. Nous arriverions alors à un monstre, mi-adulte, mi-bébé. Ceci serait considéré comme un acte immoral envers ce membre de la Famille, et sévèrement réprimandé.
Lorsque la femme a accouché, elle repart –avec l'homme si il est resté pendant les neuf mois, sinon seule– au Manoir, en attendant que l'enfant grandisse. La plupart du temps, son éducation est assurée par des professeurs engagés par le couple. Si aucun n'est engagé, le majordome se charge de l'éducation de l'enfant. Il est à noter qu'aucun professeur ne peut avoir de quoi lui enseigner les "loisirs" d'un Kuroi Tsubasa. Le jeune enfant traverse donc périodiquement l'un des portails menant au Manoir pour s'y voir enseigner tout ce que ses précepteurs humains ne peuvent faire.
Il y avait –même si c'était plus vrai avant, au début, il y a 200 ans– souvent plusieurs enfants Kuroi Tsubasa qui grandissaient ensemble dans ces immenses propriétés. Aujourd'hui, cela est de plus en plus rare...
Parce qu'il y a de moins en moins de Kuroi Tsubasa... en partie parce qu'ils se prennent pour des dieux ?


Note: Lorsqu'ils ont passé plus de 200 années dans le monde du Manoir, les Kuroi Tsubasa deviennent définitivement stériles. Seuls les "jeunes" peuvent donc procréer.
Note2: Les enfants adoptés n'existent pas dans la Famille. Si l'un des Kuroi Tsubasa ramène un(e) humain(e) au Manoir dans le but d'en faire son enfant ou même son/sa compagnon(ne), ceci sera décrété comme un acte non seulement grossier mais amoral et sévèrement réprimandé. L'humain en question, quel que soit son âge, deviendra un esclave du Manoir, ou mourra. S'il y a récidive de la part du membre de la famille ou bien de l'humain(e), ce dernier finira dans la salle de torture comme distraction, tandis que la Famille se réunira pour statufier sur le cas du Kuroi Tsubasa. Souvent, il sera décrété fou, plus rarement, il finira exilé sur Terre –ce qui revient finalement à le condamner à mort.


Jeune génération

très peu nombreux
à cause du narcissisme de s'être tardivement découverts immortels
de la stérilité du monde découverte plus tardivement encore
par conséquent de la difficulté de procréer (aller sur terre pour concevoir, puis y rester pendant 9 mois, y faire grandir l'enfant...) … seuls les couples qui avaient vraiment envie d'un enfant y sont parvenu, les autres ayant tendance à se décourager –et ne voulant pour certains pas du tout vieillir.
Et à cause de la stérilité définitive à 200 ans, voire à moins pour certains, découverte encore plus tardivement
bref, ils sont très peu nombreux, furent pour la plupart couvés comme des œufs, et se sentent pour une grande part encore plus supérieurs que leurs parents au monde extérieur, plus particulièrement aux humains, à cause de leur orgueil démesuré

La jeune génération s'est auto-proclamée les "K'ts" (prononcer cats) en tant que diminutif de Kuroi Tsubasa (vous voyez ainsi la subtilité extrême de nos jeunes amis et leur goût particulier pour les blagues... particulières).


_________________
Voir le profil de l'utilisateur http://manoir-kuroi-tsubasa.kanak.fr

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum